+ Responder Tema
Resultados 1 al 10 de 10

Tema: Bulletin ENCOD 2011

  1. #1
    Fecha de Ingreso
    26 May, 05
    Mensajes
    3,538
    Gracias
    0
    2,037 gracias recibidas en 737 Posts
    Mencionado
    13 Mensaje(s)
    Etiquetado
    2 Tema(s)
    Citado
    59 Mensaje(s)

    Bulletins ENCOD 2011 en français

    BULLETIN ENCOD 71 JANVIER 2011


    CECI N’EST PAS UN DIALOGUE


    Durant ces dernières semaines nous avons eu du mal à répondre à la question de
    savoir si Encod devait participer et sous quelles conditions, ou non, au forum de la
    société civile de l’UE sur la politique des drogues. Ce qui n’a rien de surprenant.
    Cette question était intimement liée à une autre : celle de savoir quel rôle pourrait
    jouer Encod : celui d’un groupe qui plaide pour d’autres politiques ou celui d’un
    mouvement politique qui les propose avec fermeté ? Pour répondre à cette
    question il est nécessaire de savoir un certain nombre de choses sur les origines
    d’Encod.

    En 1991, la Commission Européenne démarrait un processus supposé harmoniser
    les politiques des drogues dans toute l’Europe. L’auteur de ce concept fut le
    président François Mitterand qui rêvait d’une Europe qui déterminerait ses propres
    politiques des drogues indépendantes de celles des Etats-Unis. Pendant deux ans,
    plusieurs discussions ont eu lieu entre des centaines d’experts officiels et des
    organisations travaillant dans le domaine des drogues de toute l’Europe. Il fut
    clairement exposé que pour renouveler les expériences positives et éviter les
    négatives, la politique européenne des drogues devait se baser sur des faits et
    non sur des idéologies. Le premier pilier de cette politique devait être la mise en
    place de la compilation et de la comparaison de données statistiques, le second
    devait être un dialogue ouvert et transparent avec la société civile impliquée et
    affectée par ces politiques.

    En mars 1993, la Commission Européenne organisa un séminaire à Paris pour
    créer une plate-forme européenne d’ONG qui travaillent dans le domaine des
    drogues et qui servirait d’interlocuteur pour la conception et l’élaboration d’une
    politique des drogues européenne. C’est à la fin de ce séminaire que fut fondé
    Encod.

    En novembre 1993 fut mis en place l’Observatoire Européen des Drogues et de la
    Toxicomanie] à Lisbonne. Son budget annuel est d’environ 10 millions d’euros,
    l’OEDT a produit depuis lors un grand nombre de rapports avec des données
    statistiques sur presque tous les aspects du sujet des drogues en Europe.

    A partir de ces données on a pu déduire une conclusion d’importance : la théorie
    qui prétend que la prohibition des drogues est nécessaire pour en réduire l’offre et
    la demande avait été falsifiée. Dans les pays où la prohibition était plus souple,
    l’offre et la demande n’avait pas augmenté. De plus, c’est dans ces pays que l’on a
    pu observer quelques succès dans la lutte contre des problèmes tels que la
    réduction des maladies et de la mortalité en rapport avec les drogues.

    Cependant, alors que les statistiques au niveau européen indiquaient que la
    prohibition est une mauvaise réponse aux problèmes des drogues, les autorités
    européennes faisaient tout pour éviter le débat sur cette conclusion. Malgré
    quelques engagements pour mettre en place une consultation de la société civile
    concernée, réalisés dans les stratégies, les plans d’action et autres déclarations
    officielles sur les drogues depuis 1993, le autorités de l’UE n’ont toujours pas fait
    d’effort sérieux pour les mettre en pratique.

    Lors des deux seuls sommets de l’UE sur les drogues où Encod a été invité, en
    février 2000 et mai 2004, notre participation fut limitée à une session de 5 mn,
    après que quelques représentants gouvernementaux expriment ouvertement leur
    désaccord sur le fait que "l’on ait invité des partisans de la légalisation".

    Nous avons ensuite décidé de lancer une campagne intensive dirigée vers le
    Parlement Européen, avec succès. En décembre 2004, le PE approuva une série de
    recommandations pour une nouvelle stratégie des drogues de l’UE en incluant la
    mise en place d’éléments concrets pour le dialogue avec la société civile afin
    d’accroître son rôle dans la politique des drogues. Cet appel fut renforcé durant
    une audience publique organisée par Encod en collaboration avec la Commission
    des Libertés Civiles du Parlement Européen en mai 2005.

    Comme réponse du Parlement Européen au compte-rendu, Carel Edwards, chef de
    l’Unité Anti-Drogue de la Commission Européenne, écrivit le 17 décembre 2004
    que "le dialogue commencera en 2005, bien préparé et structuré. Je crois, sans
    me compromettre, que nous pourrons le faire dans la seconde moitié de l’année
    prochaine."

    En janvier 2006, la Commission Européenne organisa une conférence sur la
    "Société Civile et les Drogues". Environ 60 participants, dont 17 membres d’Encod,
    ont présenté conjointement un message clair à la Commission Européenne :" Si
    l’on considère l’impact public important et l’intérêt porté par la population
    européenne au phénomène des drogues, il est urgent d’élaborer un plan fiable
    pour un dialogue sincère et constructif avec les autorités et les Organisations de la
    Société Civile sur l’élaboration et la mise en place des politiques des drogues tant
    au niveau national qu’européen". La réponse du représentant de la Commission
    Européenne, Francisco Fonseca, fut "qu’ en 2007 sera créé un budget pour faciliter
    les efforts pour intégrer les demandes des citoyens et de leurs organisations dans
    les politiques et les stratégies européennes concernant les drogues."

    La première partie de cette promesse a été honorée. Depuis le mois de septembre
    2007, la Commission Européenne a été mandatée pour investir 1 million d’euros
    par an dans le dialogue avec la société civile sur les politiques des drogues. Mais
    la façon dont est dépensé cet argent reste obscure.

    L’unique résultat visible des dépenses a été la création du Forum de la Société
    Civile sur les politiques des drogues dans l’UE. Mais ce qui s’est passé lors des
    quatre sessions de ce forum peut difficilement s’appeler un dialogue.

    En premier lieu, de nombreuses questions restent en suspend quant à la
    représentativité de chacune des 26 organisations qui participent à ce forum et la
    Commission n’est pas décidée a révéler les critères sur lesquels ces organisations
    ont été choisies. Il est impossible de savoir qui est représenté réellement par ces
    organisations et sur quoi se basent leurs opinions. Certaines d’entre elles ne
    semblent pas avoir de membres ni de règles sur la prise de décisions et semblent
    être animées par une ou deux personnes reliées à un sponsor exclusif.

    La majeure partie de ces organisations est formée par ce que l’on appelle des
    "prestataires de services", des professionnels de la santé qui perçoivent un
    financement de la part des autorités locales, nationales ou européennes pour des
    programmes destinés à traiter ou à prévenir des problèmes de santé en relation
    avec la consommation de drogues. En tant que telles, elles ne peuvent critiquer
    les autorités. On peut se demander jusqu’à quel point ceux qui dépendent de fonds
    publics peuvent représenter la société civile.

    Le reste des membres du FSC se répartissent entre des organisations qui plaident
    pour le maintien de la prohibition des drogues ( certaines en lien avec l’Eglise de
    Scientologie) et des organisations qui plaident pour la réforme de la politique des
    drogues.

    La Commission Européenne a organisé le FSC de telle façon qu’elle évite un débat
    sur le cours de la politique des drogues de l’UE. Chaque effort fait dans cette
    direction a été étouffé par les représentants de la Commission, argumentant que
    "les Etats Membres n’accepteront jamais de recommandation de cet ordre". Aucun
    représentant des Etats Membres n’a été présent au différentes sessions ni montré
    un quelconque intérêt quant à ces conclusions.

    Bien sûr il n’y a aucune raison de se plaindre des conditions matérielles dans
    lesquelles se sont déroulées les sessions du FSC ( de 1 jour et demi ), avec des
    participants qui voyagent en première classe et qui s’installent dans des chambres
    d’hôtels à 250 euros la nuit et des programmes imprimés sur papier glacé. Mais
    ces conditions d’accueil ne compensent pas le fait qu’il est impossible d’obtenir de
    déclaration cohérente du FSC concernant la direction que doivent prendre les
    politiques des drogues dans l’UE, et encore moins la réalisation d’un quelconque
    progrès en direction d’un vrai dialogue .

    Chaque session du FSC a coûté environ 50 000 euros. Cela veut dire que durant
    les quatre années passées on a dépensé 950 000 euros par an. Cet argent aurait
    dû être employé dans le dialogue avec la société civile sur les politiques des
    drogues, dans différents objectifs. Un de ces objectifs a été l’organisation en 2009
    de l’Action Européenne des Drogues, une campagne publicitaire pour avertir les
    citoyens européens des dangers causés par les drogues, élaborée uniquement sur
    la demande de gouvernements, sans consultation aucune des organisations de la
    société civile.

    Plusieurs fois Encod a essayé d’obtenir des explications de l’Unité Anti-Drogues de
    la Commission Européenne sur l’avenir de ce dialogue. Nous n’avons reçu aucune
    réponse claire, on nous a seulement déclaré que " la Commission Européenne n’a
    qu’un mandat limité pour agir sur le terrain de la politique globale des drogues.
    Les Etats Membres sont autonomes pour décider quelles sont les politiques des
    drogues qu’ils veulent adopter."

    Avec le Forum de la Société Civile tel qu’il est conçu actuellement, sans
    transparence concernant les participants, la structure, la manière dont il est
    financé, ces objectifs et l’impact attendu sur les politiques des drogues dans l’UE,
    il n’y a aucun espoir d’amélioration. Si nous continuons à participer sous cette
    forme nous courons le risque de nous rendre complices de ce status quo, à chaque
    fois que la Commission Européenne pourra prétendre qu’elle a consulté la société
    civile "impliquée et affectée" par ces politiques. Alors qu’en réalité, le FSC est une
    manière coûteuse de dire à la société civile, "représentée" par des organisations
    ambiguës et des professionnels de la santé qui cherchent des subventions de l’UE,
    qui n’aura aucun impact sur la politique des drogues.

    En attendant, durant ces dernières années Encod s’est transformée en un groupe
    de lobby de quelques ONG en un mouvement de gens qui veulent défier la
    prohibition des drogues de façon concrète, en paroles et en actions. Dans une
    réunion du Comité Exécutif fin décembre nous avons décider de reporter la
    décision finale de notre participation au FSC à l’Assemblée Générale d’Encod en
    juin 2011. En attendant nous allons travailler sur un listing du pour et du contre
    concernant cette décision, qui sera présenté aux membres d’Encod au printemps.
    Ainsi chacun pourra prendre une décision éclairée sur ce sujet.

    La grande question reste de savoir comment influencer les gouvernements au
    niveau national. Nous savons tous depuis l’Audience Publique au Parlement
    Européen du 8 décembre que l’UE ne s’opposera à aucune initiative au niveau
    national qui s’engagerait dans une nouvelle étape vers la réforme et l’assouplissement
    des lois prohibitionnistes des drogues. Pour cela il nous faut une stratégie coordonnée
    d’Encod et de ses membres. Ce sera le principal objectif de l’année 2011.

    Bonne année à tous.

    Joep Oomen ( avec l’aide de Peter Webster)


    ENCOD A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN :

    Account : 001- 3470861-83 Att. ENCOD vzw - Belgique

    Bank : FORTIS, Warandeberg 3, 1000 Bruxelles

    IBAN : BE 14 0013 4708 6183

    SWIFT : GEBABEBB
    Última edición por jean-michel; 09/01/2011 a las 20:06 PM
    http://www.cannabiscafe.net/foros/image.php?type=sigpic&userid=7559&dateline=1317232  930.

  2. #2
    Fecha de Ingreso
    26 May, 05
    Mensajes
    3,538
    Gracias
    0
    2,037 gracias recibidas en 737 Posts
    Mencionado
    13 Mensaje(s)
    Etiquetado
    2 Tema(s)
    Citado
    59 Mensaje(s)

    Re: Bulletin ENCOD 2011

    SOURCE

    N° 72 FÉVRIER 2011

    L’IMPERIALISME OCCIDENTAL DES DROGUES

    A notre époque les drogues produites dans les pays occidentaux sont permises,
    alors que celles qui sont originaires de pays non-occidentaux sont interdites. On
    fait la promotion de l’alcool comme une drogue fantastique dans le monde entier
    et les campagnes de publicité et le marketing pour le tabac font oublier à tout le
    monde que le cancer des poumons est une des causes les plus répandues de
    mortalité associée aux drogues.

    On a jamais tenu compte de la santé dans les politiques des drogues. Les pays
    occidentaux ont été capables d’élaborer la législation mondiale des drogues de
    telle façon que leurs propres drogues et seulement celles-ci sont légales tandis
    que celles d’autres cultures restent interdites. L’alcool, drogue occidentale, cause
    de véritables désastres aux Amériques, où des communautés autochtones furent
    détruites par "l’eau de feu". Nombreux sont ceux qui furent alcooliques, ivres,
    déambulants toute la journée, mais les autorités n’ont jamais essayé de contrôler
    ou d’interdire cette drogue. Il y a un siècle et demi, la Grande-Bretagne a livré
    "deux guerres de l’opium" pour obliger la Chine a consommer de l’opium de ses
    colonies de l’Inde.

    Aujourd’hui, les drogues sont interdites en accord avec un impératif économique
    qui implique que l’offre soit limitée et les prix en forte augmentation. Les
    organisations criminelles savent bien comment tirer parti de ces politiques.

    Ce mois-ci nous avons été confrontés au fait que plusieurs pays occidentaux ont
    fait objection à la proposition du gouvernement bolivien d’en finir avec la
    prohibition de la consommation traditionnelle de la feuille de coca. Ces pays ont
    peur que si l’on permet aux boliviens de mâcher la coca il n’y aura plus de raison
    d’éradiquer sa culture. Mais pourquoi ne poursuit-on pas les industries qui
    produisent des substances chimiques tel que le permanganate de potassium ou
    autres, indispensables pour extraire la cocaïne de la feuille de coca ? Pourquoi ces
    industries sont situées dans le monde occidental où l’on ne veut pas perdre de
    l’argent ni générer plus de chômage.

    L’attaque de la feuille de coca est un acte raciste et un manque de respect envers
    des traditions et des croyances culturelles et religieuses. Les pays occidentaux
    comprendraient sûrement si des pays étrangers pratiquaient des fumigations sur
    leurs tabacs ou leurs vignes.

    Quand on a interdit les drogues on croyait que c’était une façon de contrôler des
    intentions criminelles, mais tant qu’il y aura de la demande il y aura de l’offre, et
    aussi vite que puisse apparaître la prohibition, des petits malins analysent la
    situation et trouvent le moyen d’en profiter.

    Aujourd’hui, les pays occidentaux se posent en tant que victimes de pays
    producteurs de drogues et de trafiquants qui ont pu sauter par dessus les
    barrières et vendre de la drogue à des innocents. Mais la réalité est très
    différente.

    Les pays occidentaux ont créé les conventions de l’ONU.Ils sont donc responsables
    du fait que les pays producteurs de drogues violent les droits humains de leurs
    citoyens, après avoir subi des pressions des pays occidentaux pour ne rien faire
    d’autre pour arrêter l’exportation de drogues. Ils sont responsables de "génocide
    culturel". Les tentatives de destruction de la culture millénaire de la feuille de
    coca ont fait croire aux gens qu’il est plus facile de persécuter une culture
    ancestrale en Amérique Latine que de faire en sorte que l’industrie chimique euro-
    américaine perde de l’argent !

    Le temps est peut-être venu pour nous, activistes, de laisser tomber la lutte pour
    une substance particulière et lutter pour une "Nouvelle Culture des Drogues". Nous
    pourrions revendiquer notre appartenance à une nouvelle tribu, une minorité
    répartie dans le monde entier, une tribu sans aucun lien avec des intérêts
    religieux ou économiques, une tribu animée par l’idéalisme et sûrement très
    différente de la majorité, mais une tribu qui croit en son propre style de vie et qui
    luttera pour cela !

    Par Jorge Roque

    P.-S.

    ENCOD A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN :



    Account : 001- 3470861-83 Att. ENCOD vzw - Belgique



    Bank : FORTIS, Warandeberg 3, 1000 Bruxelles



    IBAN : BE 14 0013 4708 6183



    SWIFT : GEBABEBB
    http://www.cannabiscafe.net/foros/image.php?type=sigpic&userid=7559&dateline=1317232  930.

  3. #3
    Fecha de Ingreso
    26 May, 05
    Mensajes
    3,538
    Gracias
    0
    2,037 gracias recibidas en 737 Posts
    Mencionado
    13 Mensaje(s)
    Etiquetado
    2 Tema(s)
    Citado
    59 Mensaje(s)

    Re: Bulletin ENCOD 2011

    http://www.encod.org/info/BULLETIN-ENCOD-73.html

    NR 73 MARS 2011

    LA PIECE MANQUANTE : L’IMPLICATION EFFECTIVE DE LA SOCIETE CIVILE


    Une analyse réaliste des coûts et des bénéfices réels des politiques des drogues
    actuelles démontre que la prohibition n’est pas seulement inefficace mais génère
    aussi des coûts humains et économiques qui favorisent l’exclusion et la
    stigmatisation des consommateurs.

    Quand nous réfléchissons à la manière de changer ce scénario, il nous faut
    prendre en compte le modèle de société que nous souhaitons et quels sont les
    outils nécessaires à cette transformation. Dans de nombreux pays et pendant de
    nombreuses années, les décisions concernant la politique des drogues étaient
    entre les mains des dirigeants politiques et elles s’orientaient selon des accords et
    des conventions internationales sans tenir compte de la participation d’acteurs
    importants comme les consommateurs, les producteurs et les travailleurs de la
    santé.

    Un modèle différent de prise de décision et une réforme réelle de la politique des
    drogues sont des thèmes qui ne se réfèrent pas seulement à l’administration
    publique, ni à un parti politique spécifique ou à la responsabilité de certains
    dirigeants politiques. C’est la société en tant que telle qui devrait guider son
    propre processus de transformation.

    Il n’est pas possible de concevoir une politique publique effective, juste, efficace et
    de qualité s’il n’y a pas une participation importante des citoyens concernés. Il
    n’est pas non plus possible d’être les protagonistes de véritables changements si
    les gens sont aliénés par l’actuel status quo qui nourrit souvent la société de peur
    et de "vérités" préconçues.

    Dans la majeure partie des pays européens et jusqu’au niveau de l’ONU et de l’UE,
    des consultations formelles et informelles de la société civile ont été mises en
    place. Cependant le champ de la politique des drogues reste peu perméable à des
    idées nouvelles venant de la société civile. Quiconque a suivi les efforts de
    consultation réalisés par des gouvernements et des organismes multilatéraux ou
    internationaux constaterait qu’il manque quelque chose dans l’approche de la
    politique des drogues.

    Si nous reconnaissons d’un côté que la consultation de la société civile concernant
    les drogues existe, nous savons que par ailleurs le résultat de ce dialogue et son
    impact sur le changement pose question. Deux facteurs importants entrent en
    ligne de compte quant au manque d’efficacité. Le premier concerne la forme de
    cette consultation qui souvent réunit des groupes de points de vue opposés qui
    doivent aboutir à un consensus "final" et proposer une recommandation unique.
    C’est comme si un gouvernement décidait de consulter un groupe d’intérêt sur une
    nouvelle réglementation du tabac qui impliquerait que des experts de la santé et
    des représentants de l’industrie du tabac se mettent d’accord sur une série unique
    de recommandations. En réalité ce serait mettre en évidence le "plus petit
    dénominateur commun", ce qui n’aurait aucun impact.

    Le second facteur pourrait être décrit de la façon suivante : les gouvernements qui
    agissent de manière transparente et participative doivent consulter la société
    civile, mais veulent-ils vraiment écouter ? Aujourd’hui, même les démocraties les
    plus solides sont perturbées par de puissants groupes de lobby. Le discours
    politique continue d’être dominé par un "modèle à deux composantes", l’état et le
    marché, réduisant ainsi la capacité de la société civile à agir sur les décisions
    importantes.

    On peut être d’accord ou pas sur les perspectives ou les façons d’atteindre nos
    objectifs. Certaines organisations ou activistes veulent continuer à travailler au
    côté de gouvernements qui souhaitent des changements progressifs au travers de
    dialogues et de projets communs, pendant que d’autres organisations préfèrent
    travailler de façon indépendante, causant une pression portée par l’opposition, ou
    mettant en oeuvre des dispositifs qui défient la loi. Avoir plusieurs positions c’est
    très bien, l’erreur serait d’être catégoriques et d’ignorer la réalité.

    Dans la conception de nouvelles politiques des drogues nous devons tous
    collectivement prendre nos responsabilité devant le changement. La participation
    active de la société civile dans différents secteurs et à différents niveaux est
    essentielle dans ce processus. Le débat public doit être nourri par des données
    scientifiques qui aideraient à clarifier la recherche de stratégies pour le
    changement. Il nous faut nous rappeler que nous sommes capables de nous
    positionner de façon autonome, en tant qu’acteurs impliqués pour identifier et
    prendre des décisions, provoquer des ruptures, tenir de nouveaux discours et
    ouvrir d’autres possibilités, non pas pour s’adapter, mais bien au contraire pour
    être intégrés dans le monde.

    Nous savons tous que les citoyens doivent être écoutés car ce sont eux qui doivent
    diriger le processus qui détermine leurs propres conditions sociales et sanitaires.
    Actuellement cette voix est effectivement entendue partout où les gouvernements
    considèrent que la participation de la société civile n’est pas seulement une
    question de droits et d’égalité, mais que c’est aussi le meilleur moyen de faire
    face au défi de favoriser l’utilisation efficace de ressources intégrées dans la
    politique publique.

    L’engagement significatif de la société civile est le sens premier de la démocratie,
    et chacun d’entre nous a besoin de se rappeler cette vérité tous les jours.

    Par : Marisa Felicissimo, Membre du Comité Exécutif d’ENCOD et Michaela
    Bitarello, Psychologue PhD

    P.-S.
    ENCOD A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN :

    Account : 001- 3470861-83 Att. ENCOD vzw - Belgique

    Bank : FORTIS, Warandeberg 3, 1000 Bruxelles

    IBAN : BE 14 0013 4708 6183

    SWIFT : GEBABEBB
    http://www.cannabiscafe.net/foros/image.php?type=sigpic&userid=7559&dateline=1317232  930.

  4. #4
    Fecha de Ingreso
    26 May, 05
    Mensajes
    3,538
    Gracias
    0
    2,037 gracias recibidas en 737 Posts
    Mencionado
    13 Mensaje(s)
    Etiquetado
    2 Tema(s)
    Citado
    59 Mensaje(s)

    Re: Bulletin ENCOD 2011

    http://www.encod.org/info/BULLETIN-ENCOD-74.html

    N° 74 Avril 2011

    UN RETOURNEMENT LENT


    Les événements qui ont eu lieu récemment dans le monde arabe nous montrent
    que quand le peuple est uni,il est capable de renverser, même pacifiquement, les
    plus puissants et les plus répressifs des régimes. La "leçon de l’Egypte" peut-elle
    être appliquée au régime mondial de la prohibition des drogues ? Les efforts
    d’Encod et ceux d’autres ONG qui veulent défier l’actuelle politique de contrôle des
    drogues auront-ils un jour du succès ?

    La dernière réunion de la Commission des Stupéfiants de l’ONU (CND) à Vienne
    doit donner un signal rassurant sur l’actuel état des lieux du débat politique
    international des drogues, nous n’avons aucune raison d’être pessimistes. Comme
    l’a décrit Michael Krawitz, Directeur Exécutif des Vétérans des USA pour l’accès au
    Cannabis Médical : " Le débat global sur la politique des drogues est comme une
    tortue géante. Si vous êtes à côté et que vous la regarder vous ne la voyez pas
    bouger. Mais si vous vous éloignez un moment et que vous vous retournez, elle
    n’est plus au même endroit."

    Quand Encod s’est intéressé à la réunion de la CND pour la première fois, en 1995,
    il était clair que nous n’appartenions pas au paysage de l’époque. Les réunions
    étaient dirigées par des hommes en costumes noirs qui n’ont à aucun moment mis
    en cause la Convention Unique. Les médias n’y ont porté aucune attention, et les
    quelques ONG qui apportaient un message critique étaient vues comme des
    éléments étranges. Il était impensable pour nous d’intégrer la réunion de la CND,
    le lieu que nous pouvions approcher au plus près était un lieu appelé "Comité
    d’ONG de Vienne sur les Drogues", où on a servis de sel pour la soupe pour des
    ONG prohibitionnistes constituées principalement d’épouses de fonctionnaires de
    l’Office de Nations Unies contre la Drogues et le Crime (ONUDD).


    L’actuel état des lieux se caractérise plus précisément par le débat sur la feuille
    de coca. En janvier 2011, 18 pays dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France
    et l’Allemagne, ont présenté une objection à la proposition d’amendement de la
    Convention Unique du Gouvernement bolivien pour que la consommation
    traditionnelle de la feuille de coca ne soit plus interdite. Apparemment leur
    motivation n’avait aucun lien avec la nature de la feuille de coca ni avec ses
    incidences sur la santé humaine. Elle était basée uniquement sur le maintien de
    "l’intégrité" de la Convention de l’ONU. Ces 18 pays admettent implicitement que
    le processus d’amendement du texte de la Convention conduirait inévitablement à
    son démantèlement. Leur message au monde est qu’ils préfèrent que la
    Convention de l’ONU soit violée plutôt que modifiée ou discutée.

    Cette année, le débat le plus intéressant eu lieu en marge de la CND, lors
    d’événements où l’on a pu voir une interaction directe entre les ONG et les
    délégués gouvernementaux. Les réunions officielles ( Session Plénière et
    Commission Générale ) n’ont apporté aucune perspective nouvelle et sont
    tranquillement passées inaperçues. Les voix représentées par le Comité d’ONG de
    Vienne sur les drogues lors de sa réunion avec avec le nouveau Directeur de
    l’ONUDD Yuri Fedotov, ont surtout été celles qui défendent la réduction des risques
    et les politiques orientées vers l’acceptation des drogues. Les "éléments étranges"
    de cette année furent les groupes prohibitionnistes fondamentalistes, qui
    continuent de diffuser des messages tels que : "On doit protéger les enfants de la
    légalisation des drogues".


    Bien sûr, l’interaction entre gouvernements et société civile n’implique pas une
    compréhension mutuelle ou un consensus. Ce qui suit est un court résumé d’une
    conversation avec François Poinsot, représentant du gouvernement français à
    Vienne.

    Question : En 2009 la France n’a pas soutenu l’introduction du terme "réduction
    des risques" parmi les objectifs des politiques des drogues de l’ONU, êtes-vous
    toujours du même avis ?

    Réponse : La France pense que la réduction des risques est un élément capital des
    politiques des drogues. Mais nous ne voulons pas faciliter l’usage, donc nous ne
    permettront pas l’installation de salles de consommation supervisées .

    Q : Que pensez-vous du fait que la consommation de cannabis en France est plus
    importante qu’en Hollande où le cannabis est ouvertement à la disposition des
    adultes ?

    R : Je ne suis pas sûr que le faible niveau de consommation en Hollande soit le
    résultat de ses politiques. Il est vrai qu’en France le cannabis est banalisé. Il y a
    une contradiction entre la loi et la réalité, mais la loi est nécessaire pour faire en
    sorte que les campagnes de prévention soient efficaces.

    Q : Pourquoi la France a fait objection à la proposition d’amendement de la
    Convention Unique du gouvernement bolivien pour supprimer la prohibition de la
    consommation traditionnelle de la feuille de coca ?

    R : Nous ne mettons pas en doute la valeur de la feuille de coca dans la région
    andine, mais nous craignons que les feuilles de coca soient transformées en
    cocaïne. La Bolivie devrait présenter un projet sur comment organiser un marché
    légal de la feuille de coca pour que nous puissions le considérer.

    Question : Y aura-il du changement dans les politiques des drogues durant les
    années à venir ?

    Réponse : En France nous sommes légalistes, nous aimons préserver la loi. Mais il
    peut y avoir des tendances qui dépendent du contexte politique. Sous la
    présidence de J.Chirac l’accent était mis sur l’aspect médical, sous Sarkosy c’est la
    sécurité publique qui prime. Mais le message fondamental reste le même :
    prévention.

    Chez d’autres délégués gouvernementaux il fut aussi difficile d’observer une réelle
    conviction concernant le succès de la prohibition des drogues. Les résolutions
    préparées par la Commission Générale pour être approuvées le dernier jour par la
    Session Plénière étaient basées sur des sujets techniques. La ligne politique du
    nouveau directeur de l’ONUDD Yuri Fedotov n’est pas claire, mais lors de sa
    rencontre publique avec les ONG il s’est montré plus respectueux que son
    prédécesseur Antonio Maria Costa.

    Pas une seule fois n’a été mentionné officiellement que cette année on célèbre le
    50ème Anniversaire de la Convention Unique des Stupéfiants de l’ONU. Quand
    nous avons distribué notre faire-part des funérailles de cette convention nous
    avons eu l’impression d’exprimer un sentiment partager par tous les participants.

    Nous avons aussi été autorisé à faire un discours à la Session Plénière, le 25
    mars. Des délégations de plus de 150 pays ont écouté la déléguée d’Encod Beatriz
    Negrety expliquer [pourquoi la Convention Unique a cessé d’être
    pertinente>doc1505]. "Les Nations Unies devraient commencer à élaborer une
    nouvelle stratégie pour le contrôle du phénomène des drogues. Une stratégie
    basée sur des expériences locales et des preuves scientifiques et non pas sur des
    principes moraux complètement déconnectés de la réalité. En tant que citoyen du
    monde concernés et préoccupés par le phénomène des drogues, nous exigeons
    des Nations Unies qu’elles substituent à la Convention Unique, un accord
    international qui permettent aux gouvernements, individuellement, d’élaborer et
    d’appliquer leurs propres politiques."

    Dans l’après-midi du même jour une cérémonie a eu lieu en face de l’édifice de
    l’ONU durant laquelle nous avons brûlé la Convention Unique. Les cendres ont été
    conservées dans une urne et présentées plus tard à la conférence de presse
    d’Encod réalisée le jour suivant au café Landtmann, à Vienne. Durant cet
    événement, le Docteur Kurt Blaas de l’association pour le cannabis comme
    médicament et Michael Krawitz ont commenté des événements prometteurs
    concernant l’usage du cannabis à des fins médicales. Ces événements ont été
    facilités, entre autres, par une acceptation croissante de cet usage par les
    gouvernements occidentaux.

    Comme toujours, les avancées dans les politiques des drogues sont le résultat
    d’initiatives de citoyens ; la réduction des risques, les salles de consommation
    supervisées et les clubs sociaux du cannabis ont été mis en place dans la
    clandestinité durant un certain temps avant d’être reçus à bras ouvert comme une
    expérience légitime. Cet exemple devrait aussi fonctionner pour la feuille de coca.
    Il pourrait être utile d’essayer de mettre en place un Club Social Européen de la
    Feuille de Coca.

    Encod continuera a relier des gens et des organisations qui souhaitent adapter la
    politique des drogues à la réalité, et pas le contraire. Les membres du comité
    exécutif et du secrétariat continueront à représenter l’organisation à l’ONU et à
    l’Union Européenne, mais en même temps, les stratégies pratiques d’action
    commune peuvent se développer. La bonne nouvelle c’est qu’à notre siège
    principal, situé dans un ancien monastère du centre d’Anvers, nous pourrons
    organiser des séminaires et des réunions à moindre frais, puisque nous avons
    aussi de quoi héberger plusieurs personnes. Ce bâtiment est géré par un groupe
    d’artistes et de personnes sans domicile, ainsi la théorie rejoint la pratique.


    Avec Michael Krawitz des Etats-Unis, nous avons parlé de la nécessité d’échanger
    les expériences des Clubs Sociaux du Cannabis de différents pays, et d’élaborer un
    code de conduite sur la façon d’opérer. Donc, peut-être que cette année nous
    pourrons annoncer la première Convention Mondiale de Citoyens pour le Cannabis.
    Nous poussons la tortue...



    Par Joep Oomen

    P.-S.
    ENCOD A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN :

    Account : 001- 3470861-83 Att. ENCOD vzw - Belgique

    Bank : FORTIS, Warandeberg 3, 1000 Bruxelles

    IBAN : BE 14 0013 4708 6183

    SWIFT : GEBABEBB
    http://www.cannabiscafe.net/foros/image.php?type=sigpic&userid=7559&dateline=1317232  930.

  5. #5
    Fecha de Ingreso
    26 May, 05
    Mensajes
    3,538
    Gracias
    0
    2,037 gracias recibidas en 737 Posts
    Mencionado
    13 Mensaje(s)
    Etiquetado
    2 Tema(s)
    Citado
    59 Mensaje(s)

    Re: Bulletin ENCOD 2011

    http://www.encod.org/info/BULLETIN-ENCOD-75.html


    BULLETIN ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE

    N°75 MAI 2011

    LA REFORME DU CODE PENAL ESPAGNOL


    En juin 2010, un nouveau Code Pénal a remplacé les anciens règlements en
    vigueur depuis presque trente ans.

    Dans le nouveau code, la consommation et la possession de drogues dans les lieux
    publics ne sont plus pénalisées mais sont sanctionnées par des mesures
    administratives ( loi de protection de la sécurité publique du 21 février 1992). Il
    est possible d’échapper à ces sanctions (amendes) en prenant part à un traitement
    des addictions.

    Le trafic est, lui, pénalisé selon l’article 368 du Code Pénal : seront poursuivis
    ceux qui "s’engagent dans des activités de culture, de production ou de trafic, ou
    encore favorisent, encouragent ou facilitent la consommation de drogues toxiques
    illégales".

    Les sanctions posées contre de tels actes ont été a plusieurs reprises dénoncées
    par des avocats à cause des disproportions observées dans les peines imposées
    qui peuvent s’étendre de 1 à 20 ans. La distinction entre la possession pour usage
    personnel ou pour trafic est souvent très confuse. Les consommateurs courent
    souvent le risque d’être impliqués dans des procédures judiciaires ou même des
    condamnations.

    Une autre conséquence de la réglementation concernant le trafic de drogue est
    due au fait que les prisons espagnoles sont pleines de gens qui appartiennent au
    niveaux les plus bas des réseaux mafieux : les "mules" (porteurs) pour la plupart
    issues d’Amérique Latine et les trafiquants au détail (toxicomanes ou personnes
    socialement exclues).



    L’article 368 établit la sanction et la condamnation de base soit :

    a) Un emprisonnement de 1 à 3 ans et une amende jusqu’à deux fois la valeur de
    la drogue pour une faible quantité de substances qui ne causent pas de dommages
    sérieux à la santé, telles que le haschich et la marijuana.

    b) Un emprisonnement de 3 à 6 ans et une amende de trois fois la valeur de la
    drogue dans le cas d’une faible quantité de substances qui causent des dommages
    importants à la santé tels que l’héroïne, la cocaïne, le crack etc...(peine qui a été
    réduite, le maximum était de 9 ans).

    La Fédération Enlace a élaboré quelques propositions de réformes en partant du
    principe de droit pénal minimum et d’inclusion sociale. Une de nos propositions été
    liée à la réglementation du délit de trafic de stupéfiants, exigeant plus de
    précisions et de mesures à ce sujet.

    Nous devons préciser que la plupart de nos propositions n’ont pas été acceptées
    dans le texte définitif, car la réforme a suivi le courant de régression commencé il
    y a une dizaine d’années, caractérisé par une tendance à la punition, par l’idée de
    neutralisation du délinquant comme finalité de la peine et le populisme pénal,
    entre autres.

    Le nouveau Code est plus sévère en ce qui concerne certaines conduites, comme
    par exemple pour les petits larcins ou les squats ; se sont aussi créés de
    nouveaux profils criminels qui auparavant n’étaient pas pénalisés, par exemple
    pour le trafic illégal d’organes ou les organisations terroristes. Par ailleurs, la
    prescription est désormais établie à 5 ans (contre 3 ans précédemment).


    Une réforme était nécessaire, concernant le trafic de stupéfiant, au sujet des
    "mules", qui viennent de milieux socialement exclus ou très pauvres, venus
    souvent d’autres pays. Auparavant ils devaient faire 9 ans de prison pour de
    petites quantités portées sur le corps, les vêtements ou dans un sac, soit environ
    300 grammes. Nous avons également observé les mêmes peines pour des
    personnes vendant au détail. En attendant, les chefs des réseaux criminels qui les
    exploitent ne sont jamais condamnés ou seulement à des peines légères, ainsi le
    déséquilibre et l’injustice de ce système étaient évidents.

    La récente modification du Code Pénal ne redonnera pas la liberté à ces chefs
    (dont la plupart ne va même pas en prison), mais aux personnes socialement
    exclues, exploitées, qui n’ont aucun pouvoir de décisions dans ces réseaux
    criminels et n’ont commis que des délits de moindre importance.

    Nous considérons que ce nouveau règlement est plus en conformité avec le
    principe de proportionnalité, faisant la distinction entre ceux qui exercent de petits
    trafics et ceux qui sont responsables de ces activités à grande échelle.

    Fédération Enlace
    http://www.cannabiscafe.net/foros/image.php?type=sigpic&userid=7559&dateline=1317232  930.

  6. #6
    Fecha de Ingreso
    26 May, 05
    Mensajes
    3,538
    Gracias
    0
    2,037 gracias recibidas en 737 Posts
    Mencionado
    13 Mensaje(s)
    Etiquetado
    2 Tema(s)
    Citado
    59 Mensaje(s)

    Re: Bulletin ENCOD 2011

    http://www.encod.org/info/BULLETIN-ENCOD-76.html


    N°76 JUIN 2011

    LES JOURS DE LA PROHIBITION DES DROGUES SONT COMPTES


    La prohibition mondiale des drogues n’a aucun fondement, ni empirique ni
    scientifique, mais la plupart des politiciens ne semblent pas se préoccuper de ce
    manque de preuves. Ils continuent de faire ce qu’ils considèrent le plus sécurisant
    pour eux : s’accrocher à la prohibition des drogues. Mais tout cela commence à
    changer, et pas seulement dans quelques pays.

    Beaucoup d’activistes nord-américains sont convaincus qu’après la toute relative
    défaite du référendum de cette année en Californie concernant la légalisation de
    l’usage récréatif du cannabis, le même thème surgira de nouveau dans plusieurs
    états aux élections de 2013, il est probable qu’alors deux ou trois états y soient
    favorables. Bien sûr, cela n’implique pas la fin du combat, au contraire, ce sera le
    début de la véritable lutte contre le gouvernement fédéral. Il a été dit dans une
    récente réunion à Washington DC, par un haut fonctionnaire du gouvernement
    américain, que pour le cannabis il ne s’agissait plus de savoir si OUI ou NON il
    faut légaliser, mais QUAND il faudra le faire. Evidemment Obama ne lancera un
    tel débat que si un second mandat lui est acquis.

    Dans mon pays, les Pays-Bas, la politique progressiste du cannabis, en vigueur
    depuis 1976, a été un succès pour la santé publique. Malheureusement, la culture
    et l’offre du marché du cannabis n’ont pas été décriminalisés, et durant ces 35
    années le marché noir c’est considérablement développé. Avec le "tourisme des
    drogues", la criminelle "backdoor" (NDT : se réfère à l’approvisionnement en
    cannabis par "la porte de derrière" puisqu’il est interdit de le cultiver) des coffee-
    shops est maintenant utilisée par le gouvernement hollandais comme argument
    pour une nouvelle politique destinée à étouffer petit à petit les coffee-shops. Nous
    avons toujours espoir que ce plan gouvernemental ne se concrétise pas. De
    nombreuses villes importantes résistent de façon radicale à ce gouvernement. Il y
    a quelques jours, après la publication du nouveau plan, le parti libéral progressiste
    d’opposition (Democrats66) a modifié sa position et défend la réglementation
    légale, non seulement du cannabis, mais aussi de toutes les drogues. La situation
    en Hollande n’a jamais été aussi mauvaise quant à l’émergence d’une résistance
    forte, mais c’est en train de changer. Cela pourrait mener à un débat sérieux.



    Le 2 juin la Commission Mondiale sur la Politique des Drogues présentera son
    rapport sur la situation de la guerre aux drogues. Je suis en train d’écrire ce texte
    quelques jours avant cette date, mais nous savons déjà qu’ils demanderont la fin
    de la guerre aux drogues. Cette commission a débuté avec trois anciens
    présidents latino-américains et elle représente maintenant une liste
    impressionnante de politiciens très respectés, ayant tous terminé leur mandat
    (sauf le premier ministre grec Papandreou). C’est une preuve de la situation
    impossible dans laquelle se maintiennent les politiciens de tous les pays.

    Seule la Bolivie travaille ouvertement pour échapper à ce système oppresseur. Sa
    proposition de retirer la feuille de coca des listes des drogues interdites a été
    rejetée par la Commission des Stupéfiants de l’ONU, parce qu’une vingtaine de
    pays ont objecté. La Bolivie a examiné la possibilité de présenter son cas à
    l’ECOSOC (Commission Economique et Sociale des Nations Unies ), ce qui serait
    conforme à la procédure en vigueur, mais on peut s’attendre à ce que la Bolivie
    renonce à son adhésion aux conventions sur les drogues, pour ensuite la solliciter
    de nouveau en formulant une "réserve" quant à la feuille de coca. Pour être
    réintégrée dans ces nouvelles conditions il faudrait que moins d’un tiers des pays
    membres fassent objection. C’est risqué, bien sûr, mais si la Bolivie réussit, elle
    ouvrira la voie pour d’autres pays, à des politiques plus libérales.

    Des événements très intéressants ont eu lieu au Portugal concernant la
    décriminalisation de l’usage et de la possession de drogues pour usage personnel.
    La politique portugaise a amélioré la situation dans son ensemble depuis dix ans.
    D’autres pays comme l’Argentine, le Brésil et même la Pologne qui a été parmi les
    plus conservateurs en Europe suivent le même chemin.



    Le modèle des clubs pour la culture et l’usage du cannabis, aussi bien récréatif
    que médical, apparu en Espagne, s’est étendu et s’organise de mieux en mieux.
    On voit se dérouler la même chose en Belgique à plus petite échelle. Cette
    solution n’est possible que dans les pays où l’on a décriminalisé ou légalisé
    formellement la culture et la possession de petites quantités pour usage
    personnel. Nous avons donc un objectif tangible pour l’activisme politique : dans
    chaque pays nous devons exiger du gouvernement que soient au moins tolérés la
    culture personnelle et le système des clubs.

    Au niveau international, dans l’UE et à l’ONU, il y a deux possibilités pour obtenir
    le changement : au travers de la "Société Civile" ou à travers des politiques
    nationales et des gouvernements. Dans l’UE il existe un soutien important à la
    Réduction des Risques, mais seulement quand ces risques concernent la santé
    publique dans sa définition littérale. Quand les autres risques sérieux sont causés
    par la prohibition et la guerre aux drogues ( communément appelés
    "conséquences non intentionnelles") l’UE suit la ligne de l’ONU. Pourquoi n’y a-t-il
    pas de débat dans l’UE sur la manière dont la guerre aux drogues est en train
    d’évoluer ? Les états membres ne le veulent pas. De nombreux détails de la
    politique des drogues sont discutés mais on ne touche pas à la question centrale.

    Nous devons exiger de nos partis politiques et de nos gouvernements qu’ils
    réalisent en profondeur une révision de la politique des drogues, en tenant compte
    des systèmes alternatifs de régulation qui ne soient pas basés sur le code pénal.
    Régulièrement nous arrivent des requêtes et des déclarations, avec quelques
    résultats probablement, mais sans changements politiques significatifs.



    Si un seul des grands pays déclare qu’il est en faveur d’une reconsidération de la
    politique des drogues, cela signifiera la fin de la prohibition dans peu de temps.
    L’Allemagne est la mieux placée pour le faire, mais il est peu probable qu’elle le
    fasse bientôt. Si plusieurs pays s’unissent et le proposent, cela peut provoquer un
    débat.

    L’autre voie possible est le débat au travers de la Société Civile. Encod est
    représenté à l’UE et à l’ONU en tant qu’ONG (Organisation Non Gouvernementale).
    Le collectif d’ONG qui participent à ces réunions se considèrent représentatifs de la
    société civile, ou autrement dit : des citoyens d’Europe qui se sont organisés pour
    s’exprimer sur ce sujet spécifique. Tout cela est aussi discuté dans des partis
    politiques, mais dans les ONG les citoyens sont unis sur des sujets qu’ils pensent
    importants, sans avoir de connexion directe avec la politique. J’espère que nous
    en discuterons plus largement durant l’Assemblée Générale de Prague.


    Par Fredrick Polak


    P.-S.
    ENCOD A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN :

    Account : 001- 3470861-83 Att. ENCOD vzw - Belgique

    Bank : FORTIS, Warandeberg 3, 1000 Bruxelles

    IBAN : BE 14 0013 4708 6183

    SWIFT : GEBABEBB
    http://www.cannabiscafe.net/foros/image.php?type=sigpic&userid=7559&dateline=1317232  930.

  7. #7
    Fecha de Ingreso
    26 May, 05
    Mensajes
    3,538
    Gracias
    0
    2,037 gracias recibidas en 737 Posts
    Mencionado
    13 Mensaje(s)
    Etiquetado
    2 Tema(s)
    Citado
    59 Mensaje(s)

    Re: Bulletin ENCOD 2011

    http://www.encod.org/info/BULLETIN-ENCOD-78.html

    NR. 78 AOÛT 2011

    POINT DE VUE D’UN APPAREMMENT PROFANE


    J’ai toujours pensé que j’étais relativement bien informé sur les tenants et
    aboutissants des politiques au niveau national et international concernant le
    cannabis après trente ans d’expériences personnelles de l’usage récréatif et par la
    suite de l’usage médicinal de cette plante.

    Quelle naïveté ! Quand j’ai adhéré à TUP (Treckt Uw Plant), un Club Social du
    Cannabis de Belgique et quand j’ai appris ce qu’était ENCOD, dont j’ai eu la chance
    de rejoindre le Comité Exécutif, j’ai dû admettre que j’avais été vraiment naïf et
    complètement ignorant de ce qui se passe en réalité.

    Mais je me suis aussi rendu compte que c’était aussi le cas de millions de citoyens
    dans le monde.

    Arrivé récemment dans cette organisation, j’aimerais aborder quelques points
    quelque peu inattendus dans le bulletin mensuel.

    Tout d’abord je voulais exprimer mon respect et ma profonde admiration pour les
    milliers ou les dizaines de milliers de personnes et d’organisations qui ont travaillé
    de tout coeur pendant des années pour défendre leurs propres intérêts et, plus
    encore, leurs droits et les droits de leurs concitoyens. Chacun d’entre eux à leur
    manière.

    Nos intérêts communs sont en relation avec la notion de "drogues",et en
    particulier avec les victimes de "la guerre aux drogues" ; ceux qui sont incarcérés,
    ceux qui survivent avec le VIH/SIDA, et ceux qui sont criminalisés par la
    prohibition des drogues...

    Le mois dernier, submergé par les rapports et les archives, j’essayais
    d’approfondir ma compréhension de ce qui se passe dans le domaine de la
    politique des drogues officielle, et pas seulement en Europe mais aussi au niveau
    mondial.



    Dans plusieurs rapports concernant les drogues, la "santé publique" apparaît
    constamment comme le thème central. Les partisans de la prohibition ont
    l’habitude de justifier leur position en prétendant que les dommages pour la "santé
    publique" exploseraient si on lâchait la bride. L’expérience, cependant, nous a
    montré que l’illégalité des drogues est un facteur nocif pour la santé de tous et par
    conséquent pour la "santé publique". De plus, la prohibition fait obstacle à des
    solutions évidentes aux problèmes de "santé publique".

    Beaucoup de gens et d’organisations ont communiqué et débattu de la stratégie
    globale pour convaincre les autorités nationales et internationales de prêter
    attention à la légalisation et d’arrêter la criminalisation, la stigmatisation et la
    marginalisation. En d’autres mots, d’arrêter la guerre aux drogues.
    Ces gens essaient de proposer une politique des drogues juste et efficace
    favorisant la prévention, l’information, la transparence et le contrôle (pour ne
    mentionner que quelques caractéristiques). Cet effort civil a été maintenu pendant
    de nombreuses années. Une fois encore, tout mon respect pour cela.

    Pour convaincre les politiciens de la nécessité d’une politique des drogues
    différente, on peut prétendre qu’il suffit d’analyser et de résumer tous les
    communiqués de presse, les déclarations et les rapports des derniers mois en un
    texte clair et présentable qui les mène à la conclusion évidente qu’il est urgent de
    proposer un changement de politiques. Les blogs, les forums sur Internet, les
    réseaux sociaux, tout nous montre que l’opinion du public est favorable.



    Mais dans ce cas nous ne ferions que nous répéter.

    Ce que j’ai découvert lors de ce mois d’étude de la situation actuelle c’est que
    pendant 20 ans des personnalités de notre société ont fait des déclarations, y
    compris télévisées, en signalant les dangers de la poursuite de la prohibition et de
    la guerre aux drogues. Ces déclarations peuvent être intéressantes pour les
    médias, mais elles n’ont jamais généré de changement.

    Ce que je veux dire c’est que le dialogue doit exister. Chaque point de vue devrait
    être respecté, mais ces dialogues doivent provoquer une action, tôt ou tard.

    A chaque fois que nous pensons avoir fait un pas vers une politique des drogues
    modernisée, à chaque fois que nous voyons la lumière à la sortie du tunnel, un
    ajustement de dernière minute oblige les nouvelles politiques à servir les intérêts
    de nature idéologique de certaines organisations ou de groupes d’intérêts,
    aboutissant généralement à une neutralisation de fait dans les changements
    d’attitude que nous espérions. Et souvent il faut de nouveau tout recommencer.

    Je n’ai pas de solution à ces aléas, à part ma conviction que les actions ne doivent
    pas toutes s’arrêter quand il y a négociation.

    Ces 20 années de négociations ont montré que la détermination et le courage des
    politiciens pour aller vers la fin de la guerre aux drogues sont et continueront
    d’être plus qu’insuffisants, il semble évident que la citoyenneté devrait prendre le
    contrôle de cette affaire.



    Il est compréhensible mais aussi lamentable qu’il soit toujours difficile de
    mobiliser plus de consommateurs de cannabis dans différents pays européens
    pour qu’ils fondent des Cannabis Social Clubs (CSC) comme une façon de donner
    la parole aux citoyens concernés, montrant ainsi leur solution pour réguler et faire
    accepter la consommation de drogues dans la société.


    De mon point de vue, ces associations organisées depuis la base de la société sont
    un véritable fer de lance pour obtenir la paix de "la guerre aux drogues".

    Par : Louis Everaerts.

    P.-S.
    ENCOD A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN :

    Account : 001- 3470861-83 Att. ENCOD vzw - Belgique

    Bank : FORTIS, Warandeberg 3, 1000 Bruxelles

    IBAN : BE 14 0013 4708 6183

    SWIFT : GEBABEBB
    http://www.cannabiscafe.net/foros/image.php?type=sigpic&userid=7559&dateline=1317232  930.

  8. #8
    Fecha de Ingreso
    26 May, 05
    Mensajes
    3,538
    Gracias
    0
    2,037 gracias recibidas en 737 Posts
    Mencionado
    13 Mensaje(s)
    Etiquetado
    2 Tema(s)
    Citado
    59 Mensaje(s)

    Re: Bulletin ENCOD 2011

    http://www.encod.org/info/BULLETIN-ENCOD-80.html

    BULLETIN ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE

    NR. 79 OCTOBRE 2011

    LA LUTTE POUR LE CANNABIS MEDICINAL EN REPUBLIQUE TCHEQUE


    Le 15 août 2011 une pétition a été lancée pour exiger des changements législatifs
    immédiats pour faciliter la recherche et l’accès au cannabis médicinal en
    République Tchèque. Cette pétition a pour but d’interpeller les législateurs et le
    gouvernement et d’obliger le Ministère de la Santé à prendre des mesures afin de
    garantir l’accès au cannabis médicinal pour des malades en République Tchèque.



    Beaucoup de malades consomment du cannabis par automédication, mais en le
    faisant ils violent la loi. La loi s’appuie sur la tolérance zéro concernant la culture
    et la possession de cannabis. Cultiver 5 plantes ou posséder 15 grammes est la
    quantité limite sanctionnée par une amende. Au-delà c’est considéré comme un
    crime. Cette situation implique qu’il n’y a aucun espace pour l’usage et la
    recherche concernant le cannabis médicinal.



    L’usage du cannabis médicinal en République Tchèque a été sérieusement discuté
    pour la première fois lors d’un séminaire scientifique qui eut lieu au Parlement à
    Prague le 8 avril 2010, à l’initiative du député Ivan Langer et du doyen de
    l’Université de Carlos, Tomas Zima. Y ont assisté des représentants du Bureau
    National Anti-drogue de la Police Tchèque, de l’Institut National pour le contrôle
    des substances pharmaceutiques et le Service d’Inspection et de Contrôle des
    Substances Narcotiques du Ministère de la Santé. Ces représentants, en
    collaboration avec des spécialistes, des malades et le reste de l’assistance étaient
    d’accord sur le fait qu’il fallait rendre plus flexibles ou supprimer les restrictions
    concernant l’usage scientifique ou médicinal du cannabis.



    L’usage du cannabis à des fins médicinales et scientifiques sont conformes aux
    Conventions de l’ONU qui définissent les conditions d’interdiction de certaines
    substances psychotropes, dont le cannabis. Le séminaires a fait des propositions
    concrètes et les autorités compétentes devraient prendre des mesures afin de
    créer un cadre légal pour faciliter cet usage.




    Pour faciliter l’accès au cannabis médicinal en République Tchèque il faut
    reprendre l’article 167/1998 sur les substances addictives qui interdit la culture du
    cannabis contenant plus de 0,3% de THC. Au printemps dernier un processus
    d’amendement c’est mis en place dans le cadre du Plan Législatif du
    Gouvernement 2011. Lors du déroulement de ce processus il a semblé que le
    Ministère de la Santé avait complètement oublié les conclusions du séminaire de
    l’an passé qui suggéraient la possibilité d’accès au cannabis médicinal.



    Cette inaction des officiels et des politiques responsables est très alarmante. La
    pétition n’est qu’une réaction naturelle des personnes qui ont besoin de cannabis
    comme médicament, des médecins et des scientifiques qui sont conscients de son
    potentiel, et de la société civile concernée. La République Tchèque ne connaît pas
    l’usage du référendum et la pétition n’est pas un document qui a valeur légale,
    mais cela rend possible une visualisation du problème et augmente la pression sur
    les politiques pour qu’ils le résolvent.




    Nous invitons le public a signer cette pétition on-line sur www.lecebnekonopi.cz.
    Après cinq semaines la pétition a reçu plus de 7200 signatures. Des ONG comme
    Konopa et Legalice.cz travaillent intensément à la diffusion et à la promotion de la
    pétition.



    Elle a été signée par le Président de la Chambre des Députés Mme Miroslava
    Nemcova et le premier ministre Petr Necas a exprimé son soutien aux objectifs de
    la pétition dans une lettre. Un mois après que soit lancée la pétition le Conseil
    Gouvernemental pour la Coordination de la Politique des Drogues a formé un
    Groupe de Travail pour l’accès au cannabis à usage thérapeutique et pour la
    recherche.



    Le Groupe de Travail est formé d’experts du Ministère de la Santé, du Ministère de
    la Justice, de l’Institut National pour le Contrôle des Drogues ainsi que d’autres
    institutions. Le Groupe est mandaté pour proposer des changements légaux
    nécessaires de l’Article 167/1998 et d’autres lois. En d’autres termes pour trouver
    comment, à qui et sous quelles conditions le traitement et la recherche concernant
    le cannabis peut être possible en République Tchèque.





    Une des possibilités serait de mettre en place une culture contrôlée dans le pays,
    l’autre serait de faciliter l’importation de l’étranger, que ce soit en matière
    première ou en produit pharmaceutiques dérivés. Le Groupe fera un appel à tous
    les professionnels de la médecine en leur demandant d’identifier les diagnostiques
    dans lesquels le cannabis peut être utile. Par ailleurs, les législateurs du
    gouvernement et le Comité de la Chambre des Députés doivent chercher toutes
    les lois concernées par la libération du cannabis à usage médicinal.



    "Personnellement j’aime bien que le travail soit fait rapidement, j’espère donc que
    les propositions seront bientôt présentées et que nous pourrons discuter et aboutir
    avant Noël. La qualité du résultat dépendra de la rapidité avec laquelle le
    Gouvernement, la Chambre des Députés et le Sénat le feront passer" a dit le
    Dr.Tomáš Zima, Président du Groupe de Travail qui a aussi co-organisé le
    séminaire parlementaire de 2010.



    Par Hana Gabrielavá
    http://www.cannabiscafe.net/foros/image.php?type=sigpic&userid=7559&dateline=1317232  930.

  9. #9
    Fecha de Ingreso
    26 May, 05
    Mensajes
    3,538
    Gracias
    0
    2,037 gracias recibidas en 737 Posts
    Mencionado
    13 Mensaje(s)
    Etiquetado
    2 Tema(s)
    Citado
    59 Mensaje(s)

    Re: Bulletin ENCOD 2011

    http://www.encod.org/info/BULLETIN-ENCOD-81.html


    BULLETIN ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE

    NR. 81 NOVEMBRE 2011

    TEMPS D’AGIR


    Qu’est-ce que le plaisir et la douleur ont en commun ? L’actuelle politique des
    drogues. La prohibition a ruiné la vie de millions de gens et des sociétés entières
    en souffrent. Il est temps de remplacer l’approche punitive par de nouvelles
    formes de traitements des drogues et des politiques des drogues.

    Il semblerait qu’en cette fin d’année 2011 les valeurs que nous avons connues
    depuis de nombreuses années ont commencé à changer complètement. La crise
    financière offre une opportunité de corriger de nombreux dysfonctionnements du
    système politique, dont la politique des drogues. Il est désormais évident que
    cette politique n’est pas basée sur des preuves scientifiques et techniques mais
    sur la volonté de maintenir et d’exercer un contrôle punitif sur certains plaisirs.
    Oui, plaisirs ! Dans l’abondance des discours sur la politique des drogues nous
    avons complètement ignoré cette vérité fondamentale. Il semblerait que
    certaines personnes ne veulent pas que d’autres jouissent de plaisir, même si
    cette attitude est à l’origine de souffrances et de guerres.

    Il est désormais temps d’agir. On sait dorénavant qu’au niveau mondial, les
    actuelles politiques des drogues ont besoin d’être redéfinies. Jusqu’à il y a encore
    peu de temps ce sont surtout d’anciens politiques qui plaidaient pour une réforme
    de la législation. Ces dernières semaines le président de Colombie a aussi
    abondé en ce sens. Mais ces appels rencontrent des difficultés. Les préjudices
    portés depuis toujours contre les consommateurs de drogues en général,
    maintenus par des acteurs publics et des ONG qui ont des approches dites
    "holistiques" renforcent l’idée que la prohibition est la seule réponse.

    Lors de la sixième session du Forum de la Société Civile de l’UE sur la Politique
    des Drogues qui eut lieu à Bruxelles du 10 au 13 octobre, aucun consensus entre
    les participants n’a été possible, justement à cause de cet "abîme fondamental"
    entre les différents points de vue concernant les politiques des drogues qui sont
    basés sur des concepts totalement différents. La raison essentielle du manque de
    compréhension c’est que les ONG prohibitionnistes ne peuvent tout simplement
    pas comprendre que des gens consomment délibérément des drogues et le font
    de manière responsable.

    Pour ces ONG la consommation de drogue est une maladie ou une situation pour
    lesquelles on doit mettre en place une prévention. Elles se refusent tout
    simplement à écouter des gens qui leur expliquent que la motivation principale
    de l’usage de drogue est de rendre la vie plus agréable et pour certains de la
    rendre tout simplement supportable. Elles ferment les yeux et les oreilles quand
    on leur donne des preuves que le cannabis et d’autres drogues sont extrêmement
    utiles pour traiter et prévenir des maladies.

    Les ONG prohibitionnistes représentent une petite minorité de gens concernés
    par le sujet des drogues. Elles ont délibérément été choisies par la Commission
    Européenne pour participer au Forum de la Société Civile pour éviter qu’il
    n’aboutisse à un consensus. Ainsi la Commission peut continuer à diviser et
    régner, envoyant des messages comme la Communication "Vers une riposte plus
    forte envers les Drogues". Dans ce préambule de l’annoncée Stratégie des
    Drogues de l’UE pour 2013-2020, la Commission s’engage à renforcer des
    politiques qui ne fonctionnent pas, nous le savons depuis l’approbation du rapport
    d’investigation publié par la Commission Européenne en 2010. Par ailleurs, [il
    existe des études qui démontrent->article3370 que la somme totale des recettes
    qui pourraient être générées par une décriminalisation des drogues d’une part et
    de la régulation légale du marché du cannabis dans l’UE d’autre part serait située
    entre 35 et 60 milliards d’euros (soit de 70 à 120 euros par personne et par an).
    Cela n’a que peu d’importance pour les bureaucrates de Bruxelles. Leur seul
    objectif est de conserver un préjudiciable et coûteux statu quo.

    L’actuelle crise globale est avant tout une crise de valeurs. Si on veut remettre
    de l’ordre dans le monde nous devons changer nos stratégies concernant les
    problèmes généraux. Il est temps de lancer un appel local pour améliorer les lois
    sur les drogues. La politique et la législation des drogues devront être modifiées
    pour véritablement servir à la population. Plus particulièrement, la nouvelle
    législation devra être basée sur des faits, pas sur la volonté de réprimer.

    Dans mon pays,la Slovénie, des changements importants sont en cours. Le 15
    octobre, plusieurs groupes, individus et ONG ont occupé la place de Ljubljana où
    est située La Bourse. Peu de temps après des ateliers ont été organisés par des
    travailleurs sociaux et des étudiants. Un atelier organisé dans la régularité
    s’appelle "Désintégration de la Prohibition". Les résultats de ces ateliers ont été
    réunis dans un "Manifeste pour de nouvelles politiques de drogues en Slovénie".
    Le 27 octobre nous avons remis ce Manifeste au Ministre de la Santé, Mr
    Marušič.

    La protestation a aussi été marquée par une action de consommation collective
    publique. La police n’est pas intervenue, elle a seulement maintenu une
    vigilance. Notre demande aux législateurs est de décriminaliser la consommation
    de drogues et d’annuler toutes les sanctions contre les gens qui, dans le passé,
    ont été sanctionnés pour avoir consommé des drogues ou possédé de petites
    quantités. On doit rendre leur dignité aux gens qui ont été marginalisés par la
    prohibition des drogues. Ils doivent être réintégrés à leurs communautés.

    Nous appelons tous les activistes et les professionnels concernés par la politique
    des drogues à promouvoir activement les changements législatifs. Il est temps
    de redéfinir le monde.

    Par Janko Belin
    http://www.cannabiscafe.net/foros/image.php?type=sigpic&userid=7559&dateline=1317232  930.

  10. #10
    Fecha de Ingreso
    26 May, 05
    Mensajes
    3,538
    Gracias
    0
    2,037 gracias recibidas en 737 Posts
    Mencionado
    13 Mensaje(s)
    Etiquetado
    2 Tema(s)
    Citado
    59 Mensaje(s)

    Re: Bulletin ENCOD 2011

    http://www.encod.org/info/BULLETIN-ENCOD-82.html


    BULLETIN ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE
    DÉCEMBRE 2011
    VERS UNE MEILLEURE RÉPONSE EUROPÉENNE AUX DROGUES ?


    Le 25 octobre 2011 la Commission Européenne publiait " Vers une réponse européenne plus forte envers les
    drogues
    ", une "Communication de la Commission du Parlement et du Conseil Européens".

    La communication de la CE peut être résumée comme suit : "Nous avons besoin d’encore plus de la même chose, et
    il n’’est pas nécessaire de donner des explications."

    Je pense que nous devons protester pour différentes raisons.

    La CE annonce simplement avoir décidé que la "réponse aux drogues" doit être plus forte et mieux coordonnée dans
    les pays de l’UE mais ce texte n’explique pas pourquoi la réponse européenne devrait être plus forte et non pas
    différente.

    Le plus marquant de cette "communication" c’est que, malgré qu’elle contienne des documents de l’OEDT, il n’est
    pas fait référence au Rapport Reuters/Trautmann intitulé "Rapport sur les Marchés des Drogues Illicites 1998-2007
    ". Ce rapport détaillé, commandé par la CE et payé par les citoyens européens, a conclu (selon mon résumé) que les
    efforts internationaux pour lutter contre les drogues ont généré beaucoup de dégâts, sans qu’il n’y ait aucun résultat
    positif en contre-partie.


    Comme beaucoup d’autres personnes addictes, la CE se met en position de rejet de la réalité, comme si aucune personne sensée n’argumentait pour une régulation légale, et comme s’il n’y avait aucune raison de considérer des alternatives.

    Les auteurs de la communication ont réalisé un travail simpliste en analysant ainsi la situation actuelle. Comme
    conséquence de leur dépendance désespérée à la prohibition, tout ce qu’ils ont produit c’est un nouvel exemple de
    politique déconnectée de la réalité.

    Ces dernières années un nombre croissant d’anciens chefs d’état et de haut-fonctionnaires se sont exprimés
    publiquement, disant que la guerre aux drogues devait être remplacée par une régulation légale. Le même discours a
    été tenu à l’intérieur même de la Commission. Je ne vois aucune raison de taire le fait que Carel Edwards,
    prédécesseur de Mme Dana Spinant (Chef de l’Unité de Coordination en matière de Drogues de la Commission
    Européenne) a adhéré à une des plus importantes organisations qui plaident pour la fin de la prohibition.,
    Law Enforcement Against Prohibition
    . LEAP est une organisation qui a vu le jour aux Etats-Unis et qui est formée par des policiers et des fonctionnaires
    (anciens et actuels) du Ministère de la Justice.

    Cette communication n’est pas une initiative de personnel de la CE. Ils savent qu’il n’y a aucun argument
    convaincant pour justifier l’intensification de la guerre aux drogues. Cela ne peut qu’être une initiative du
    Commissaire Responsable Cecilia Malmström, ] et/ou de la Commission Européenne dans son ensemble.


    Une des raisons tient peut-être au changement de responsabilité dans la rédaction de la nouvelle stratégie des drogues.
    Cette stratégie, pour la période suivante ne sera pas écrite par la CE mais par le Conseil qui sera présidé par le Danemark lors du
    premier semestre de l’année prochaine et par Chypre à partir du 1er Juillet.

    De même, la Commissaire est, ou devrait être, consciente qu’il sera de plus en plus difficile d’éviter un débat ouvert
    sur les politiques alternatives à la prohibition. Si la CE ne donne pas maintenant son opinion, elle n’aura qu’une
    possibilité de le faire plus tard dans le processus mais elle veut le diriger comme elle a l’habitude de le faire.

    Dans son intention d’informer le Parlement Européen et le Conseil, la Commission aurait dû dire ceci :

    Nous sommes désolés mais notre devoir est de vous mettre en face de la sévère diminution de crédibilité de
    l’actuelle politique des drogues. La preuve la plus récente, en espérant que vous l’avez remarqué, a été le
    rapport publié par laCommission Mondiale sur la Politique des Drogues
    en juin 2011. En novembre 2011 les conclusions de ce rapport ont été soussignées par de nouvelles
    personnes dont beaucoup ont une expérience de responsabilité dans les politiques des drogues. Le rapport
    présente une liste courte mais pertinente de références qui prouvent clairement le manque de résultat de la
    politique des drogues de l’ONU qui est la base de la politique des drogues de l’UE.


    Nous devons vous informer que la demande pour un débat et pour une révision des politiques
    prohibitionnistes se fait de plus en plus forte et qu’elle se base sur de meilleures preuves que celle de la
    prolongation de ces politiques. Le Forum de la Société Civile sur les Drogues de la Commission Européenne
    ne peut pas s’accorder sur ce point. Il sera divisé, comme il l’est dans le monde réel.


    Des mots semblables ont probablement été prononcés dans des réunions et contacts privés.

    La "communication" de la CE est une sorte d’attaque préventive pour essayer de forcer le Conseil Européen à s’accorder rapidement et sans réfléchir avec une stratégie plus intensive. Dans la communication la CE a annoncé un questionnaire public qui
    est déjà opérationnel sur son site web. Il contient surtout des questions administratives mais il laisse un espace aux
    commentaires. Il semblerait que la CE veut que le Conseil prenne une décision avant de publier les résultats du
    questionnaire et de la consultation en continu de la société civile.

    Il est bien connu, à Bruxelles et ailleurs, que la demande pour une politique des drogues différente se fait croissante,
    et plus spécialement chez les gens qui en savent plus sur ce thème que la majorité, et qu’il sera difficile d’éviter ce
    débat à l’intérieur de la CE. Le projet de "réponse plus forte" causera encore plus de dégâts "non intentionnés" et il ne
    sera pas facile de les réparer.
    ENCOD projette de protester contre le plan de la CE, avec des organisations sympathisantes et avec l’aide de
    membres du Parlement Européen.

    Nous espérons toujours réussir à organiser le débat plus que nécessaire sur des politiques des drogues alternatives
    dans l’Union Européenne.

    Par Frederik Polak






    P.-S.



    ENCOD A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN :

    Account : 001- 3470861-83 Att. ENCOD vzw - Belgique

    Bank : FORTIS, Warandeberg 3, 1000 Bruxelles

    IBAN : BE 14 0013 4708 6183
    SWIFT : GEBABEBB




    Última edición por jean-michel; 02/12/2011 a las 09:02 AM
    http://www.cannabiscafe.net/foros/image.php?type=sigpic&userid=7559&dateline=1317232  930.

  11. El siguiente Usuario da las gracias a jean-michel por este Post:

    araweli (05/12/2011)

+ Responder Tema

Usuarios Etiquetados

Permisos de Publicación

  • No puedes crear nuevos temas
  • No puedes responder temas
  • No puedes subir archivos adjuntos
  • No puedes editar tus mensajes